Commencez à commander sur Uber Eats

Commander
Uber for Business

Le point de rupture du burn out : pourquoi est-ce le moment de changer l’environnement de travail

6 juillet / France

L’année dernière, plus d’un tiers des employés américains ont travaillé à domicile. Au cours de la même période, des millions de personnes ont perdu leur emploi et se sont rapidement retrouvées dans une situation de vulnérabilité économique. 


L’année 2020 a été marquée par des réunions vidéo, des interactions sociales réduites au minimum et de nombreuses journées passées en jogging à la maison. Résultat : des employés déjà fatigués se retrouvent aujourd’hui au bout du rouleau.

Qu’est-ce que l’épuisement professionnel ?

L’épuisement professionnel, ou burn-out, désigne un état physique et mental dû à un stress chronique au travail. Les trois principaux symptômes observés sont la fatigue, le cynisme et l’inefficacité. 

Bien que le taux d’épuisement professionnel ait considérablement augmenté pendant la pandémie de COVID-19, il ne s’agit pas d’un phénomène nouveau : le burn-out a été défini pour la première fois par un psychanalyste dans les années 70. Cet état, connu depuis plusieurs décennies, est particulièrement d’actualité avec la pandémie de COVID-19. 

Que vivent les employés ?

Dans une récente étude mondiale réalisée par la Harvard Business Review, 89 % des personnes interrogées ont déclaré que leur vie se détériorait, 85 % ont indiqué que leur bien-être avait décliné, et 62 % ont signalé avoir eu des difficultés à gérer leur charge de travail et avoir connu un épuisement professionnel au cours des 3 derniers mois. 

Selon Bloomberg, la journée de travail s’est rallongée de 48 minutes en moyenne dans le monde depuis le début des confinements dus au COVID-19. Le nombre d’e-mails envoyés et reçus a augmenté. Le nombre de réunions par personne a connu une hausse de 13 % au cours des premiers mois de la pandémie. Une fatigue liée à Zoom s’est également développée : les employés ressentent un plus grand épuisement en raison du nombre croissant de visioconférences. Il n’est pas étonnant qu’ils se sentent stressés. 

Pourquoi le stress et l’épuisement professionnel sont-ils importants ?

Le stress au travail est responsable de 120 000 décès par an aux États-Unis. Au niveau individuel, l’épuisement professionnel est néfaste sur le plan mental, physique et émotionnel. Le stress et l’incertitude affectent également la réussite d’une entreprise de manière considérable, et ont des conséquences négatives sur la rétention des talents, l’innovation et le chiffre d’affaires. 

En 2019, l’épuisement professionnel a été officiellement reconnu comme un « phénomène lié au travail » par l’Organisation mondiale de la Santé. En d’autres termes, il incombe aux entreprises de résoudre ce problème. 

Une opportunité de grande ampleur s’offre aujourd’hui aux entreprises : contribuer à réduire l’épuisement professionnel et renforcer la résilience sur leur lieu de travail. Leur réussite en dépend. Selon BetterUp, « des recherches montrent que la résilience peut être un moyen puissant pour les entreprises de rester rentables et compétitives, même en période de crise ». 

Renforcer la résilience et éviter les burn-outs : le rôle des entreprises

La clé pour développer la résilience des employés est d’aborder le problème en tant qu’entreprise, et pas seulement à un niveau individuel. 

S’il est important de proposer des avantages en matière de bien-être et d’encourager les employés à prendre soin d’eux-mêmes, il est essentiel que les entreprises se chargent de réduire l’épuisement professionnel de leurs équipes et d’élaborer des stratégies visant à renforcer structurellement leur résilience. Concentrez-vous sur ces trois actions pour commencer :

Communiquez

Il est important de définir des objectifs réalistes et atteignables non seulement en tant qu’entreprise, mais aussi au niveau des équipes et des responsables. « La prévention du burn-out […] nécessite d’aligner l’approche des responsables et de l’entreprise », explique Gallup. En tant qu’entreprise, définissez les attentes en matière de résultats et de pratiques pour soutenir tous les employés. 

Deloitte encourage les dirigeants à « maintenir des attentes raisonnables et flexibles en matière d’adaptation des employés lorsque la crise commence à se résoudre, et à soutenir les travailleurs qui peuvent avoir besoin de plus de temps et d’échanges pour atténuer le stress ». Communiquez largement et régulièrement ces attentes lors des moments de stress et des situations plus calmes. 

Créez du lien

L’isolement sur le lieu de travail peut entraîner un épuisement professionnel. Offrez aux employés des opportunités de créer de véritables liens ainsi que des occasions de collaborer. Au-delà du travail quotidien, cette approche peut également inclure des espaces où des collègues peuvent interagir. Parmi les services de soutien les plus efficaces mis en place, certaines entreprises facilitent ou encouragent la création de groupes de parole destinés aux employés et animés par des collègues.

Suscitez l’implication

Pour augmenter la résilience des employés, veillez à leur sécurité psychologique dans l’environnement de travail. Selon Deloitte, cela implique « de faire preuve de franchise, de faire confiance et de montrer aux employés qu’ils sont respectés […] sans craindre de conséquences négatives ». Ce climat favorise également l’implication et la collaboration des employés, et crée un espace sûr pour faire face à une crise. 

En tant qu’entreprise, pratiquez régulièrement des exercices pour susciter l’implication des employés, et demandez aux responsables d’en faire de même pour leurs équipes. 

Après une année sans précédent qui a vu un si grand nombre d’employés travailler à domicile, les entreprises ont beaucoup de facteurs à prendre en compte afin d’organiser le retour sur le lieu de travail. Uber for Business peut faciliter cette transition.

Pour en savoir plus, cliquez ici