Produits

UBER BAISSE DE 20% LE PRIX DE SON SERVICE VTC UBERX À PARIS ET EN BANLIEUE

8 octobre 2015 | Nice
Partager sur FacebookThis link opens in a new windowPartager sur TwitterThis link opens in a new windowPartager sur Google+This link opens in a new windowAdresse e-mail
Baisser les prix pour favoriser la mobilité
Une bonne nouvelle pour les Franciliens

Dès aujourd’hui vendredi, Uber baisse de 20% le prix de son service VTC uberX à Paris et en banlieue. De plus, les trajets partagés en uberPOOL seront 25% moins chers que uberX, réduction garantie de 20h le soir à 6h le matin.

mentionlegale

Bonne nouvelle pour tous les Franciliens : se déplacer en région parisienne sera désormais bien moins cher ! Avec cette baisse des prix, Uber offre plus d’options de mobilité à tous ceux qui jusqu’à présent en manquaient : les jeunes, ceux qui bougent la nuit, ceux aussi qui ont besoin d’aller de banlieue à banlieue.

Alors que Paris se prépare activement pour la conférence COP21, Uber tient à apporter sa contribution à l’effort global pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre. Une étude du mois de septembre 2015, publiée par le cabinet d’études 6T, démontre que pour chaque VTC en circulation, ce sont quatre voitures individuelles qui disparaissent des rues parisiennes. Des prix plus bas pour uberPOOL, c’est un pas de plus dans la bonne direction : chaque uberPOOL transporte en effet le double de passagers par rapport à une voiture individuelle (en moyenne 2,7 passagers contre 1,3 pour une voiture individuelle).

Et une bonne nouvelle pour les partenaires chauffeurs qui utilisent Uber !

Baisser les prix et augmenter le nombre de chauffeurs, cela signifie faire baisser le chiffre d’affaires de chaque chauffeur VTC… eh bien non ! Au contraire : plus les prix sont bas, plus la demande de transport est forte, plus les temps d’attente entre chaque course diminuent, plus les chauffeurs travaillent – et leur chiffre d’affaires croît en conséquence. L’expérience d’Uber à New York illustre parfaitement cette dynamique : comme l’application est disponible depuis quatre ans dans la grosse pomme, Uber dispose des données nécessaires pour comparer à la fois les prix et la moyenne de chiffre d’affaires des chauffeurs partenaires.

Or, entre 2012 et 2015, les tarifs d’Uber à New York ont baissé de près de 30%. En parallèle, le nombre de chauffeurs utilisant la plateforme Uber a été multiplié par plus de 30, et pourtant sur la même période, le chiffre d’affaires moyen par heure des chauffeurs partenaires d’Uber a augmenté de … plus de 50% !

Blog - Prix _ CA

Il n’y a pourtant rien de mystérieux derrière cette réalité : avec des prix plus bas, le réseau Uber est tout simplement beaucoup plus efficace, ce qui signifie que chaque heure que les chauffeurs passent sur la plateforme est beaucoup plus profitable.

Pour comprendre, il suffit de regarder à quoi ressemble une heure de travail pour un chauffeur partenaire utilisant la plateforme Uber à New York en 2012, 2013, 2014, 2015. Ce chauffeur peut être dans trois situations différentes, ou alors à vide, ou alors en route vers un passager, ou alors avec un passager à bord. Il est entendu que le chauffeur partenaire ne fait augmenter son chiffre d’affaires que lorsqu’il transporte des passagers.

Blog - Projection

Comme le montre très clairement ce graphique, le chauffeur new-yorkais de 2015 passe plus de la moitié de chaque heure avec un passager à bord de son véhicule, contre seulement un quart d’heure trois ans auparavant… Plus éloquent encore, cette proportion ne cesse d’augmenter une année après l’autre. En d’autres termes, cela signifie que le réseau Uber permet aux chauffeurs de passer beaucoup plus de temps en activité plutôt qu’en attente d’un client ; ce qui signifie aussi que moins d’heures de travail leur sont désormais nécessaires pour parvenir au même chiffre d’affaires.

Comment expliquer ce phénomène ? La réponse est simple : les chauffeurs-partenaires bénéficient non seulement de l’augmentation du nombre de passagers Uber, de plus en plus nombreux à utiliser le service, mais aussi de l’augmentation du nombre de chauffeurs utilisant Uber : un marché très vaste permet de réduire considérablement les temps d’attente, dans la mesure où partenaire et passager sont forcément plus proches l’un de l’autre, comme le montre ce graphique :

Blog - ETA

Des temps d’attente réduits, c’est plus de confort pour les passagers qui ont besoin de se déplacer rapidement à travers la ville, mais c’est aussi, du côté chauffeurs, plus de temps passé à conduire des passagers et donc à augmenter ses revenus. Ce qui ressemble une affirmation paradoxale (des prix plus bas entraînent une augmentation du chiffre d’affaires) est en fait une véritable opportunité, appuyée par l’expérience… contrairement à ce que beaucoup pensent encore, la mobilité est un marché en pleine croissance, qui a besoin d’ouverture et de souplesse plutôt que de carcans !